phantastery




tes joues rougissent
le soleil couchant caresse
les falaises hautain


l’océan noir
inerte, j’écoute le silence
hadopélagique


la nuit sommeille
dans son cœur estival
l’ardeur palpite